FCGB-METZ, 2 buts et c’est (presque) tout.

Il ne fallait pas arriver en retard, samedi dernier.
En effet, les Girondins ont attaqué la rencontre pied au plancher, cueillant à froid, de bien tendres Messins.

7ème minute, une reprise de Kwateng est repoussée par le gardien adverse mais une acrobatie de Briand propulse le ballons dans les filets mosellans.

9ème minute, De Préville, parfaitement lancé par Hwang, expédie un missile qui lui aussi, finit au fond des filets. Voilà. 2-0 en moins de 2 minutes, match plié.

Les Girondins ont continué de pousser jusqu’à la vingtième minute, avant de reculer sagement, pour gérer le match tranquillement. Voilà. Les grincheux diront qu’il ne s’est plus rien passé. Perf plutôt moyenne, donc. Néanmoins, on peut aussi remarquer que les Messins ont systématiquement été tenus, contenus, empêchés, par un collectif relativement efficace.

Au rayon des satisfactions, on mettra bien en haut, la solidité défensive retrouvée à différents niveaux. Koscielny, bien évidemment, patron naturel de l’équipe, toujours propre, tranchant, engueulant ou remotivant ses partenaires. Un vrai leader. Costil a également été efficace dans le seul face à face de la soirée, du mieux par rapport à ses dernières prestations. Pablo aussi, souvent relégué en latéral gauche, dans une défense à 3 ou 4 (selon les schémas). Il a semblé prendre du plaisir, dans un rôle un peu inhabituel, en tout cas, il s’est surtout montré intraitable et rigoureux. Le troisième larron, Jovanovic manque de repère et a multiplié les bourdes. Kwateng , lui s’est bonifié au fil des minutes, parfois délicat en défense (première période), précieux offensivement (seconde période).

Au milieu, Tchouaméni a fait le job, sans brillance mais avec humilité. Il est certes, perfectible, a des lacunes techniques mais sait rester sobre, sait jouer simple, ce qui n’est pas forcément évident. Son partenaire dans l’entrejeu, Otavio s’est aussi contenté d’endiguer ou de distribuer sans trop en faire. D’ailleurs, suite au recul de tout le bloc, il a semblé parfois manquer d’espace pour pouvoir s’exprimer comme il l’avait fait à Lyon.

Pour ce qui est de l’animation offensive, je suis plutôt mitigé. C’est personnel, mais j’ai du mal, avec Briand. Il soigne ses stats, sait appuyer sur une défense mais avec lui, il y a toujours ce sentiment de manque de vitesse, de percussion, pas assez tueur … Néanmoins, il faut concéder que poste-pour-poste, on n’a pas mieux : Hwang puis Maja ont cruellement souffert de la comparaison. Justement, pour notre Coréen, c’est un peu souvent le même match, parfait dans les intentions, vif, volontaire … mais au fur et à mesure de la rencontre, il a tendance à être moins percutant. Peut-être après tout, serait-il intéressant de le tester un joker, capable d’incendier son aile, à partir de l’heure de jeu ? Quant à Nico de Préville, il reste sur sa bonne dynamique, précis, vif, sentant bien les coups mais parfois un peu seul. Kalu était en mode dribbleur façon joystick, cherchant en permanence la faille, quitte à se retrouver esseulé ou à se louper magnifiquement.

Bref, de bonnes choses derrière, un peu de mieux devant. Les Messins ont bien été tenus mais cela ne saurait masquer nos lacunes collectives. On n’a pas été capables de tenir un pressing haut, on manque de variété offensive. Il nous manque toujours un milieu défensif, expérimenté, costaud et technique, ainsi qu’un Koscielny offensif, un leader pour notre attaque, encore trop prévisible.

Certes, on n’a jamais tremblé sur ce match (cela faisait longtemps), et pour la première fois depuis février (!), Bordeaux a tenu son rang, chez lui, face à un adversaire présumé plus faible …

Voilà où nous en sommes …
Pour continuer la bonne série, il faudra refaire la même chose c samedi , face à des Brestois davantage regroupés, mais en attaquant un peu que 20 minutes, cette fois-ci …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils