Le Dogue est une bête toujours noire (0-1)

Par le 28 janvier 2007 | 0 Comments »

Début de match tonitruant: Corner rentrant de Francia pour la tête de Cid (très bonne prestation du Talençais hier, on a du mal à croire que la charnière qu’il forme avec un impeccable Planus n’en est qu’à ses premiers matches), qui trouve la barre, Sylva est lobé, énorme occasion !

Sans risque, tentant de positionner leur bloc-équipe aussi haut que possible, les Nordistes font valoir la qualité de leur circulation de balle.

Ils sont difficiles à déposséder du ballon, non qu’ils gagnent les duels de façon majoritaire, mais plutôt par leur art de faire tourner tout en avançant légèrement, mètres après mètres.

Leurs phases de possession sont toujours aussi magistralement efficaces.

9ème: Chalmé sert Keita en pivot, qui entre dans la surface en se retournant et frappe, Ramé capte sans effort.

Le même Chalmé, paraît-il revanchard envers le club, part plein axe et adresse une minute plus tard un tir arrêté par Ramé (match où le job a été bien fait, sans fioriture par le Capitaine, rien de très spectaculaire, a un peu abusé du jeu long pour le boulard de Marouane sur ses dégagements et relances).

La possession est équilibrée et le rythme reste assez élevé pour un 2ème match de la semaine, mais les débats se disputent loin des cages:
De toutes façons, des Girondins-Losc spectaculaires, échevelés, au scénario dingue, est-ce que ça a jamais existé ?

22ème, Faubert, (cours-Julien-cours fut très discret offensivement, le célèbre déboulé Faubertien avec prise de la ligne d’avantage a été à peine aperçu en 2007 !) est lancé par Jurietti après une bonne combinaison, Rafael Schmitz surgit et empêche le une-deux dans la surface avec Francia.

En suivant, Makoun prend un jaune pour une charge sur Micoud (l’ignoré de Domenech a signé un match plein, satisfaisant, très bonne orientation du jeu, placement bien senti, répertoire varié, inspiré dans le jeu court), dans le dos.

J-P Francia (l’Andin est en-deça de ses dernières prestations, Lille c’est le type même d’adversaire qu’il doit juger très difficile pour l’expression de son jeu) voit sa tentative repoussée par la défense blanche.

Debuchy hume le gazon de façon prolongée suite à un choc avec Fernando (très moyennement inspiré le grand carioca, certes toujours gaillard et volontaire, mais parfois brouillon, et moins limpide et percutant que naguère à la manoeuvre).

Sylva capte un coup-franc de Francia dans les airs dans sa surface à la demi-heure de jeu, s’ensuit la deuxième action qui fait lever le stade entier dans cette 1ère mi-temps:

Débordement d’Alonso (servi en général trop long, peu de redoublements avec un Faubert bien moins enhardi qu’à l’accoutumée devant, Alejandro n’a pas fait le festival du match aller).
La défense des Dogues est prise à revers, Sylva fait banzaï !! sur une sortie olé-olé, à se faire engueuler par le coach, hors de la surface, Alonso le fixe, règle la hausse pour le coup de boule impeccable de Chamakh, Rafael Schmitz trouve le moyen de dégager en catastrophe sur sa ligne !!

La possession est Girondine depuis un quart d’heure, et le reste jusqu’à la mi-temps. Makoun et Cabaye nous exhibent une palette de petites fautes variées, loin de la zone dangereuse.

Keïta (38ème) s’engouffre dans la défense Marine & Blanche, nul ne l’arrête, il délivre un centre instantané qui file dans la surface de façon inquiétante, mais nul ne peut le reprendre.

Les Girondins appuient, varient leurs coups, et mettent les Lillois enfin durablement sur le reculoir jusqu’à la pause.

La 2ème mi-temps commence avec, très vite, une civière pour l’un des meilleurs Lillois de la 1ère: Rafael Schmitz, cheville tordue en retombant mal.

Cabaye prend un jaune pour pied haut sur Francia, et on se dit qu’avec Makoun et Cabaye avertis, ça sera peut-être plus facile de pénétrer dans le système défensif Nordiste.

Keïta s’affale à son tour, après un duel avec Jurietti (l’international-flash est à créditer d’un match tout à fait correct derrière, c’est lui qui a hérité du “client” offensif Lillois le plus en verve -Keïta justement- a tenté d’apporter un petit plus offensivement, secteur de jeu où Marange le concurrence le plus). Rafael, soigné, regagne sa place.

Le jeu reste haché/bloqué, et les coaches commencent à faire tourner un peu avant l’heure de jeu (Alonso par Obertan, Mirallas par Odemwingie).

Grosse occasion pour Jo Micoud à la 60ème: Tafforeau dégage comme il peut un centre bien travaillé de Fernando, Micoud hérite du ballon à l’orée de la surface, frappe trop croisée alors que le but était relativement déserté !!

Dalmat (prestation en demi-teinte, moyen-moyen au regard de son potentiel, des gestes entrevus et de la vista du garçon) remplace Francia, 65ème.

Il se met en évidence tout de suite, par un centre sur Chamakh, qui se complique la vie en s’embarquant dans des dribbles hasardeux, Lille respire.

Keïta prend son jaune pour une faute sur Jurietti, pour être honnête Franckie a fini par le faire craquer ainsi qu’il le recherchait depuis le début.

Dans la continuité, Chamakh (très en vue bien qu’isolé, a régné de la tête, vaillant, n’a pas eu la chance de trouver souvent un partenaire idéalement placé sur les seconds ballons que généraient ses duels, souvent gagnés dans les airs, csc malheureux, match plein) s’échappe et allume la lucarne de Sylva, qui sort une claquette de classe !!

Keïta fait deux tentatives, dont un loupé sur un retourné.

Coup-franc Lillois, assez excentré. Puel, audacieux, en profite pour faire entrer sa recrue Obraniak, qui le tire. Premier ballon Lillois pour l’ex-Capitaine messin, passe déç’ pour la tête infortunée de Chamakh, 0-1.

D’un coup, il fait – 50 ° à Lescure.

Il reste du temps. 82ème, Perea entre à la place de Mavuba (impérial. rayonnement, placement, culot, jeu juste, sobriété de gestes, presqu’aucune faute concédée, surtout en regard des fautes obtenues).

85ème, Edixon signe une superbe tête à ras le montant de Sylva.

Ramé a beau s’enhardir grand large avant même les arrêts de jeu, ça se resserre en défense côté visiteurs, et le Losc est une redoutable machine à garder un résultat.

Un dernier coup-franc de Micoud dans les arrêts de jeu et, il faut se rendre à l’évidence: Le club de Rijsel engrange 6 points sur notre dos cette saison, 0-4 à la diffénce de but…

Bien qu’il n’y ait pas hold-up au retour (un peu plus, au regard de l’ampleur du score, à l’aller), deux matches nuls n’auraient pas été des monstres d’inéquité…

Matches gagnés sur des détails. Pas grand’chose à reprocher aux joueurs.

Girondins: Ramé – Faubert, Planus, Cid, Jurietti – Fernando, Mavuba (Perea 81ème)- Alonso (Obertan 60ème), Micoud, Francia (Dalmat, 65ème) – Chamakh.

Losc: Sylva – Chalmé, Schmitz, Plestan, Tafforeau – Debuchy, Mkoun, Cabaye – Bodmer, Keïta (Obraniak 77ème)- Mirallas (Odemwingie 60ème).

100% sans pub !

100% Girondingue, c'est facile ! 100% sans pub : nous avons besoin de votre soutien !

Prochain match

Dimanche 18 février 2018 – 21h00
Ligue 1 – 26ème journée
Marseille Bordeaux

Dernier match

Samedi 10 Février 2018 – 20h00
Ligue 1 : 25ème journée

3 – 2

Bordeaux Amiens
Classement

Utilisateurs en ligne