FCGB-OM 1-1, LA FETE EST GÂCHEE

Par le 21 novembre 2017 | 0 Comments »
FCGB-OM 1-1, LA FETE EST GÂCHEE

Terriblement.
Alors que nous devions tous fêter, ensemble, une 40ème année d’invincibilité, alors que nous devions -enfin- nous relancer en championnat, alors que le stade était quasiment plein, avec un Sud en feu … Patratras. Un coup-franc contestable, un ultime coup de rein qui manque, un dernier jaillissement qui ne vient pas. Et voilà l’égalisation inespérée de nos amis Sardines, gâchant la fête, gâchant tout.

Certes, tout n’a pas été parfait, loin de là. Mais l’engagement et le piège tactique n’ont pas été récompensés.  
A qui la faute, alors ? Aux relâchements coupables sur l’ultime poussée Phocéenne ? Aux décisions contestables de l’arbitre, pas vraiment à la hauteur ?
Evidemment, il y a de cela. Mais on ne saurait oublier également le risque à trop attendre les Marseillais, quitte à reculer tout en leur laissant un ballon rendu stérile. Mais par dessus tout, on pourra surtout enrager sur les nombreuses occasions ratées, loupées, vendangées. 

Les clés du match, nous les avions.
La tactique de Gourvennec était limpide et a presque fonctionné : on presse haut d’emblée, on les pousse chez eux, on marque et on les attend, pour mieux les contrer. Cela a presque fonctionné, d’autant plus que les visiteurs se sont vite avérés inoffensifs, tels Mitroglou ou Payet atones et imprécis. A vrai dire, seuls Thauvin ou Sanson semblaient vraiment en jambes. Mais là, c’est le double rideau défensif marine-et-blanc qui a su parfaitement les contenir.

Côté Girondins, on a pu apprécier le premier but de De Préville, vrai but d’attaquant, de rodeur … avant qu’il ne fonde physiquement, victime d’un système pour lequel il n’est pas fait : celui à une pointe seule, isolée. On a d’ailleurs constaté la différence avec Mendy, certes moins intelligent dans le jeu, moins précis (précieux ?) dans ses passes ou son jeu sans ballon … Mais tellement plus évident dans le costume du fighter, soulageant tout le bloc derrière lui. Kamano également a beaucoup été applaudi à sa sortie, hauteur d’une belle prestation collective. Dommage qu’il ne soit pas complété par un vrai latéral, il aurait pu ainsi être davantage efficace en attaque. Malcom a pour la première fois eu un vrai client face à lui, en la personne d’Amavi. Et comme son complément de couloir, Sabaly, a mis une bonne heure à rentrer dans le match, il s’est épuisé seul dans un combat inutile. Le plan anti-Malcom a parfaitement fonctionné, dans la mesure où il y avait systématiquement 3 ou 4 joueurs autour de lui et surtout, jamais un espace pour s’en échapper.
Toulalan a été quasiment parfait, contrairement à Lewczuk, bien trop agressif. Le banc lui tend les bras. Les tribunes aussi.
On pourra aussi noter un problème Otavio sur ses longues passes, souvent offertes à l’adversaire. La sentinelle brésilienne malgré d’excellentes dispositions ne semble toujours pas intégré au jeu “à la française” et sa progression en bloc. A corriger, donc.
Au milieu, Lerager et Sankharé ont enfin rejoué au foot, même si ce dernier est tellement attiré par le but qu’il devance parfois De Préville, laissant son collègue danois tout seul au milieu.

Bref. Pas forcément un mauvais match, surtout dans la sombre période que nous traversons.
Malheureusement, ce nul nous laisse la tête sous l’eau, loin de l’Europe, parmi les médiocres du ventre mou et des “peut mieux faire”.

Malgré tout, ce qui restera de cette fête gâchée, quoi qu’on en dise, c’est bien évidemment l’improbable série qui continue, ces quarante années à recevoir les équipes marseillaises, sans jamais connaître de défaite. La prestation hors-norme des Ultras devrait aussi rester longtemps dans les mémoires.

100% sans pub !

100% Girondingue, c'est facile ! 100% sans pub : nous avons besoin de votre soutien !

Prochain match

Mardi 12 Décembre 2017 – 18h45
Coupe de la Ligue – 1/8ème de finale
Toulouse Bordeaux

Dernier match

Vendredi 08 Décembre 2017 – 20h45
Ligue 1 : 17ème journée

0 – 3

Bordeaux Strasbourg
Classement

Utilisateurs en ligne